Pro Tools
•Register a festival or a film
Submit film to festivals Promote for free or with Promo Packages

FILMFESTIVALS | 24/7 world wide coverage

Welcome !

Enjoy the best of both worlds: Film & Festival News, exploring the best of the film festivals community.  

Launched in 1995, relentlessly connecting films to festivals, documenting and promoting festivals worldwide.

A brand new website will soon be available. Covid-19 is not helping, stay safe meanwhile.

For collaboration, editorial contributions, or publicity, please send us an email here

Connexion utilisateur

|ENGLISH VERSION|

RSS Feeds 

Martin Scorsese Masterclass in Cannes

 

Filmfestivals.com services and offers

 

Editor


Established 1995 filmfestivals.com serves and documents relentless the festivals community, offering 92.000 articles of news, free blog profiles and functions to enable festival matchmaking with filmmakers.

THE NEWSLETTER REACHES 199 000 FILM PROFESSIONALS EACH WEEK   (december 2020) .

Share your news with us at press@filmfestivals.com to be featured.  SUBSCRIBE to the e-newsletter.  
FOLLOW ME ON THE SOCIAL NETWORKS:              

MEET YOUR EDITOR Bruno Chatelin - Check some of his interviews. Board Member of many filmfestivals and regular partner of a few key film events such as Cannes Market, AFM, Venice Production Bridge, Tallinn Industry and Festival...Check our recent partners.  

The news in French I English This content and related intellectual property cannot be reproduced without prior consent.


feed

Interview de Bruno Dumont et Julie Sokolowski (Hadewijch)

Interview de Bruno Dumont et Julie Sokolowski (Hadewijch), par Cécile Rittweger
Hadewijch, un film qui fait dans la lenteur, mais qui décolle quand l’humour entre en jeu. LA projection a eu lieu à midi, et à 17h je retrouve l’actricep rincipale Julie Sokolowski à l’hôtel Maria Cristina, avec qui je converse fort agréablement en attendant que Bruno Dumont nous rejoigne… Voici une refonte de notre entretien.

CR : Comment vous êtes-vous retrouvée à jouer dans ce film, alors que vous ne vous destiniez pas à être comédienne ?


JS : En effet, j’étais étudiante en licence Arts et Culture et je n’avais aucune envie d’être comédienne. Tout est partid’une rencontre. J’étais venue voir « Flandres » au cinéma de Villeneuve d’Ascq. C’était une projection en présence du réalisateur et le directeur du cinéma, que je connaissais, m’a invitée à boire un verre. J’ai donc discuté avec Bruno Dumont, il m’a trouvée sympathique et m’a demandé mes coordonnées.


Quelques mois plus tard, il m’appelle et me propose de faire de la figuration dans son prochain film. Je n’étais pas plus emballée que ça, mais on s’est quand même vu plusieurs fois et, en quelques mois, je suis passée de figurante à premier rôle !


Pourtant, j’étais partie comme je l’avais décidé à New York. En fait, c’est par une correspondance assez vague et puis de plus en plus axée sur le film que le choix de me faire jouer le rôle principal est devenu évident, pour lui comme pour moi. Il tentait de voir si je comprenais le propos du scénario, si je ressentais le personnage… Au début, pas du tout, puis, en me suggérant de faire le parallèle entre l’amour de l’héroïne pour le Christ et ma propre histoire d’amour que je vivais avec un new-yorkais, il m’a ouverte à la compréhension du film.


CR : Et ça ne lui a pas fait peur de prendre une comédienne non professionnelle pour jouer un personnage présent dans tous les plans ?


JS : En fait, il a d’abord fait son casting avec des professionnelles, mais elles étaient trop formées, pas assez « vierges » ; il a ensuite cherché parmi des religieuses, mais elles étaient trop enfermées dans leurs convictions… Je crois que ça lui plaisait de travailler avec quelqu’un qui ne se revendique ni religieuse ni comédienne.


Bien sûr, il a eu des doutes, mais qui n’en a pas. Il voulait miser sur la spontanéité. D’ailleurs, je ne pouvais rien anticiper car il me donnait les répliques à mémoriser le matin même. C’était vraiment au jour le jour.


Vous savez, en voyant le film, je perçois que dans les séquences finales j’ai pris de l’assurance, je suis moins à tâtons… Et tant mieux car ça correspond à l’évolution du personnage, d’une certaine manière, puisqu’elle passe de passive à active.


CR : Après cette première expérience de tournage, qu’envisagez-vous ? J’imagine que vous vous doutez qu’à la sortie du film on va vous faire des propositions…


JS : Après le tournage, je suis repartie quelques mois à New York, j’avais eu ma dose de fatigue et d’épreuves, il fallait que j’évacue tout ça en partant loin… J’ai donc rejoint mon amoureux, mais on a rompu peu après… Et puis maintenant j’ai commencé des études en philosophie. Bruno m’a transmis cette passion. Il m’a aussi transmis le désir de devenir réalisatrice. Mais pas celui de devenir comédienne. Si on me propose des rôles, je ne vais pas me jeter dessus ni accepter par principe. Tout dépendra de la rencontre.



CR : La rencontre avec Bruno vous a marquée.


JS : Oui, notre relation a été riche humainement, aussi bien avant que pendant le tournage. Il y avait d’ailleurs sur le plateau un climat très favorable, basé sur des rapports simples, sans artifice ni hiérarchie. Peut-être parce qu’on était tous des acteurs non professionnels ?


CR : Il y a bien dû y avoir des moments de tension, non ?


JS : Oui, bien sûr. Bruno m’a poussée très loin dans mes limites physiques et mentales. Et comme il saisit très bien le fonctionnement des acteurs avec lesquels il travaille, il lui était facile de me manipuler, et je détestais ça. Alors il y avait des coups de gueule.


CR : Il devait sans doute provoquer cette rage en toi pour la mettre au service du personnage, non ?


JS : Oui, comme il utilisait ma fatigue… J’ai vraiment souffert : je ne dormais pas beaucoup, j’avais froid et je ne pouvais pas me couvrir, même entre deux prises, il me faisait courir jusqu’à ce que j’en pleure…


CR : Oui, on voit que quand vous pleurez, ce ne sont pas des larmes artificielles. Vous parlez de la scène où vous arrivez en sanglotant devant l’autel ? Est-ce juste la souffrance physique qui vous amène à un tel état, où faisiez vous appel à des souvenirs personnels douloureux ?


JS : En fait pour toutes les scènes, je me servais de mon histoire d’amour new-yorkaise…


CR : D’où la grande sensualité qui émane du personnage. Ca crève l’écran.
J’imagine que c’était voulu par Bruno. Tiens, le voilà qui arrive, demandons-lui.



BD : Clairement, je voulais montrer que l’amour qu’elle éprouve pour le Christ correspond tout à fait à un amour pour un Homme.
C’est en lisant les textes médiévaux écrits par la mystique Hadewijch qu’est
née l’idée du film. J’étais intéressé par les métaphores de l’amour mystique
comme amour humain (et donc charnel)



CR : oui, c’est vrai vous avez été professeur de philosophie. Pour vous, le cinéma est-il un moyen d’amener à la réflexion ?

BD : Il est un moyen de poser des questions sans rester dans l’abstraction, par le biais d’un réel qui a une terrible puissance d’expression. On me considère pour cela comme radical, mais pour moi ce qui compte c’est que ma démarche est sincère.


CR : Oui, il semble que vous soyez attaché à montrer une réalité brute, non travestie, non édulcorée. D’ailleurs, vous laissez le temps au spectateur de scruter cette réalité, plutôt que de chercher à recréer une autre réalité par un montage de plans courts

BD : En effet, je privilégie les plans, qui permettent au spectateur de s’imbiber de tous les détails concrets du plan.


CR : C’est une marque certaine de confiance à l’égard du spectateur


BD : Oui, mais qui repose avant tout sur ma confiance envers les acteurs, car pour qu’un plan dure, il faut bien qu’ils soient suffisamment captivants, que ce qu’on lit sur leurs visages évolue… Donc je fais confiance à l’acteur pour faire confiance au spectateur, car en fin de compte c’est quand même à lui que je destine mes films !



CR : pour ce film, vous avez opté pour des acteurs non professionnels. Ce n’est pas la première fois. Qu’est-ce qui motive ce choix ?


BD : Certes, c’est un choix périlleux, mais qui apporte une dimension d’incertitude et de fragilité qui sont pour moi nécessaires.


CR : et puis vous pouvez mieux « manipuler » des novices….


BD : La manipulation va dans les deux
sens : j’essayais de pousser Julie dans ses limites et elle de son coté me
disait non ou stop. L’essentiel est que cela se fasse dans la confiance. Ce qui
a été le cas (ndr : elle approuve).



CR : Merci ! Et moi je vous fais confiance pour votre prochain film !
Cécile Rittweger

Links

The Bulletin Board

> The Bulletin Board Blog
> Partner festivals calling now
> Call for Entry Channel
> Film Showcase
>
 The Best for Fests

Meet our Fest Partners 

Following News

Interview for Roger Corman documentary The Pope of Pop Cinema

With Roger Corman, Myriam Brough and Bertrand Tessier

Interview with AFM Director

 

Interview with Cannes Marche du Film Director

 

Interview Red Carpet King Richard Will SMITH

 

Filmfestivals.com dailies live coverage from

> Live from India 
> Live from LA
Beyond Borders
> Locarno
> Toronto
> Venice
> San Sebastian

> AFM
> Tallinn Black Nights 
> Red Sea International Film Festival

> Palm Springs Film Festival
> Kustendorf
> Rotterdam
> Sundance
Santa Barbara Film Festival SBIFF
> Berlin / EFM 
> Fantasporto
Amdocs
Houston WorldFest 
Cannes / Marche du Film 

 

 

Useful links for the indies:

Big files transfer
> Celebrities / Headlines / News / Gossip
> Clients References
> Crowd Funding
> Deals

> Festivals Trailers Park
> Film Commissions 
> Film Schools
> Financing
> Independent Filmmaking
> Motion Picture Companies and Studios
> Movie Sites
> Movie Theatre Programs
> Music/Soundtracks 
> Posters and Collectibles
> Professional Resources
> Screenwriting
> Search Engines
> Self Distribution
> Search sites – Entertainment
> Short film
> Streaming Solutions
> Submit to festivals
> Videos, DVDs
> Web Magazines and TV

 

> Other resources

+ SUBSCRIBE to the weekly Newsletter
+ Connecting film to fest: Marketing & Promotion
Special offers and discounts
Festival Waiver service
 

Images de l'utilisateur

About Editor

Chatelin Bruno
(Filmfestivals.com)

The Editor's blog

Bruno Chatelin Interviewed

Be sure to update your festival listing and feed your profile to enjoy the promotion to our network and audience of 350.000.     

Follow me on Facebook
Follow me on Twitter
Follow me on Instagram
Follow me on Youtube

  


paris

France



View my profile
Send me a message

User links

gersbach.net