Pro Tools
•Register a festival or a film
Submit film to festivals Promote for free or with Promo Packages

FILMFESTIVALS | 24/7 world wide coverage

Welcome !

Enjoy the best of both worlds: Film & Festival News, exploring the best of the film festivals community.  

Launched in 1995, relentlessly connecting films to festivals, documenting and promoting festivals worldwide.

A brand new website will soon be available. Covid-19 is not helping, stay safe meanwhile.

For collaboration, editorial contributions, or publicity, please send us an email here

Connexion utilisateur

|ENGLISH VERSION|

RSS Feeds 

Martin Scorsese Masterclass in Cannes

 

Filmfestivals.com services and offers

 

Editor


Established 1995 filmfestivals.com serves and documents relentless the festivals community, offering 92.000 articles of news, free blog profiles and functions to enable festival matchmaking with filmmakers.

THE NEWSLETTER REACHES 199 000 FILM PROFESSIONALS EACH WEEK   (december 2020) .

Share your news with us at press@filmfestivals.com to be featured.  SUBSCRIBE to the e-newsletter.  
FOLLOW ME ON THE SOCIAL NETWORKS:              

MEET YOUR EDITOR Bruno Chatelin - Check some of his interviews. Board Member of many filmfestivals and regular partner of a few key film events such as Cannes Market, AFM, Venice Production Bridge, Tallinn Industry and Festival...Check our recent partners.  

The news in French I English This content and related intellectual property cannot be reproduced without prior consent.


feed

COL.COA a 13 ans : La rébellion tranquille

Pour sa 13e édition, le Festival du Film Français de Los Angeles : City of Lights, City of Angels a présenté en exclusivité mondiale le 3e long-métrage de Zabou Breitman : « Je l’aimais ».

Cette année encore, ColCoa confirme son succès en drainant un public toujours plus nombreux, et avide de découvrir la fine fleur de la production tricolore.
Or le 13e printemps du festival est plus que jamais incarnée par son directeur/programmateur, François Truffart, qui ne se dépare jamais de son éternel blue jeans, de son look d’ado vaguement ébahi, et dont l’audace ne se dément pas. De la programmation éclectique aux innovations constantes, des panels attendus et des intervenants remarquables, de l’ouverture à la clôture, ColCoa est une aventure à laquelle on souhaite participer.

Le Festival du Film Français, cela commence par l’arrivée au parking de la Directors Guild of America. L’entrée est frénétique, et lorsque la barrière se lève, on s’imagine passer une frontière. Bienvenue en France! Ici, du reste, si le public « jargonne en Molière » un peu plus que la normale, il n’est pas du tout affecté. Pas de smokings, et autres « pingouinades » à déclarer. En revanche, la tradition est respectée : c’est la meilleure table du pays sans conteste. ColCoa, c’est du 5 étoiles, mais ça vous le savez déjà si vous vous êtes fadés mes papiers précédents. On se baffre à qui mieux mieux, on s’ennivre de cocktails aux noms improbables « a Sainte Germaine please ». Bon, je vais pas me là jouer, même en prononçant Saint Germain correctement, je ne sais toujours pas ce que c’est. En tout cas, le foie gras, la soupe de poisson, les sushis au homard, les senteurs incroyables qui vous font saliver alors que vous êtes toujours dans l’ascenseur --- c’est clair ---définit encore le caractère unique de ColCoa.
C’est le rendez-vous incontournable du cinéma et de la gastronomie hexagonale.

En fait, ColCoa est une mécanique extrèmement bien huilée. Alors naturellement, on a été gratifié des sempiternelles loghorrées officielles et autres sponsors à remercier dans la foulée. Le réalisateur Michael Mann a ouvert les hostilités en délivrant un discours … court ! Grâce lui soit rendue ! Deux Américains lui ont emboité le pas, cédant la place à Bernard Miyet, président du directoire de la Sacem. Chaque année, la salle nourrit le même espoir : « Il va faire court, il va nous épargner, hein ? » Ben non. Et c’est à ce moment précis que l’on regrette la petite musique annonçant la fin des discours lors de chaque cérémonie américaine; et que ma voisine me murmure : « tu me réveilles quand il a fini ».

Fort heureusement l’heure de la libération sonna, lorsque la glamoureuse Zabou Breitman, lança son film.
La sortie en avant-première mondiale de « Je l’aimais » à Los Angeles, pourrait s’expliquer par un désir d’exotisme. Parce que plus Français que ça tu meurs. Un film où les paysages vous poussent à chanter « La Montagne » de Jean Ferrat, où les personnages prévalent (en opposition avec la tendance américaine, où l’action/l’histoire est généralement l’acteur principal), un film bavard mais au dialogue ciselé, fort en émotion, riche en passion, et qui offre au prodigieux Daniel Auteuil un rôle exceptionnel.
Zabou Breitman drappée dans une robe rouge éclatante, nous a confié qu’elle n’avait pas cousu sa robe dans les rideaux couleur sang de la salle. Qu’elle se rassure, on n’était pas là pour les discours, pas là pour sa robe, mais bien pour son film et lui dire en retour : « On vous a aimé ce soir »

Stephanie RONNET

Remerciements spéciaux à Guylaine Vivarat et Cathy Mouton pour leur efficacité, et leur gentillesse.

Paroles de festival : Josiane Balasko

S.R: Josiane Balasko, présenter votre film à Los Angeles, c’est votre rêve américain ?
J.B. : Non, mon rêve américain, je l’ai épousé! (elle me désigne son mari qui se tient debout derrière moi)

DEMANDEZ LE PROGRAMME

Images de l'utilisateur

About Editor

Chatelin Bruno
(Filmfestivals.com)

The Editor's blog

Bruno Chatelin Interviewed

Be sure to update your festival listing and feed your profile to enjoy the promotion to our network and audience of 350.000.     

Follow me on Facebook
Follow me on Twitter
Follow me on Instagram
Follow me on Youtube

  


paris

France



View my profile
Send me a message

User links

gersbach.net