Pro Tools
•Register a festival or a film
Submit film to festivals Promote for free or with Promo Packages

FILMFESTIVALS | 24/7 world wide coverage

Welcome !

Enjoy the best of both worlds: Film & Festival News, exploring the best of the film festivals community.  

Launched in 1995, relentlessly connecting films to festivals, documenting and promoting festivals worldwide.

We are currently working actively to upgrade this platform, sorry for the inconvenience.

For collaboration, editorial contributions, or publicity, please send us an email here

Connexion utilisateur

|ENGLISH VERSION|

RSS Feeds 

Martin Scorsese Masterclass in Cannes

 

Filmfestivals.com services and offers

 

Bruno


A few good news from the festival circuit I Bienvenue sur le blog de Bruno avec quelques news en français du circuit des festivals francophones. Laissez moi un commentaire quand vous le pouvez.


feed

Le nouveau film de Philippe Diaz I AM GITMO en première mondiale au 18ème Festival International du film de Marbella

 phpuoxeWO.jpg

Cinema Libre Studio (USA)

présente

 

I AM GITMO

Un film écrit et réalisé par Philippe Diaz

 

Présenté en Première mondiale

au

18ème Festival International du Film 

de Marbella (Espagne)

Le 5 et le 8 octobre en soirée de clôture

en présence du réalisateur.

 

php8Dxc4z.jpg

Le réalisateur et producteur français Philippe Diaz, installé à Los Angeles revient à la réalisation avec la fiction I AM GITMO qui sera présenté en première mondiale au Festival International du Film de Marbella (Espagne). 

Si Philippe Diaz, a été remarqué comme producteur puis réalisateur avec 2 documentaires présentés au Festival de Cannes (Semaine de la Critique), le public du festival de Marbella ne restera pas indifférent à I AM GITMO, fiction qui traite sans concession de la torture au camp de Guantanamo (Cuba)et porté par ses deux acteurs : Sammy Sheik et Eric Pierpoint.

 

Le film sera projeté deux fois à au Festival de Marbella, le 5 et le 8 octobre en soirée de clôture, en présence du réalisateur et de membres d'organisations de défense des droits de l'homme.

 

Marbelalfilmfestival.com

 

www.cinemalibrestudio.com | www.facebook.com/cinemalibrestudio | twitter.com/cinemalibre     

php7cJkr6.jpg

phpLLc5v4.jpg

Si vous ne visualisez pas correctement ce message, cliquez ici

 
 

Synopsis court

Durant la guerre contre le terrorisme déclenchée après le 11 septembre, Gamel est emmené de chez lui en Afghanistan, amené à la base aérienne de Bagram, puis à Guantanamo, Cuba pour être interrogé et torturé. Sa liberté dépend de John, un interrogateur militaire, chargé de son dossier. 

 

Synopsis long 

Pendant la guerre contre le terrorisme qui a commencé après le 11 septembre, Gamel Sadek, un instituteur musulman, est enlevé à son domicile et livré à la base aérienne de Bagram, un site secret de la CIA, où il est interrogé sur Oussama Ben Laden. Il est torturé lorsqu'il nie le connaître. Enchaîné et cagoulé, il est embarqué dans un avion-cargo pour Guantanamo Bay. John Anderson, un interrogateur militaire, est sorti de sa retraite et affecté au cas de Gamel, laissant sa fille à New York. Malgré les passages à tabac incessants, le manque de nourriture et la torture, Gamel maintient qu'il n'a aucune affiliation avec Al-Qaïda ou Ben Laden. John a du mal à accepter les nouvelles méthodes de torture imposées par le général Miller, nouvellement aux commandes de la prison, et l’obligation de forcer une confession à tout prix. Alors que Gamel se prépare pour une audience sur son statut de combattant ennemi, il se rend compte qu'il pourrait être détenu indéfiniment et comme lui a confirmé son avocat, que le témoignage de John sera le facteur décisif. 

phpiuKaWQ.jpg

Note d'intention

 

À l'occasion du 21e anniversaire de la prison de Guantanamo Bay, Cuba, Cinema Libre Studio vient de terminer la production d'un long métrage de fiction qui montre, pour la première fois, le traitement réservé aux prisonniers de Guantanamo, Cuba. Ces hommes, pour la grande majorité innocents, furent vendus à la CIA pour une prime à la suite des événements du 11 septembre. Le film est vu du point de vue de l’un de ces prisonniers, pour la plupart Arabe musulman, Gamel Sadek, interprété par Sammy Sheik. Eric Pierpoint joue le rôle de son principal interrogateur. 

 

Le film est basé sur des événements réels. 

Inspirée des comptes-rendus d’audiences et des témoignages de détenus mais aussi d’avocats, de soldats et de traducteurs, l'histoire se déroule en 2002 et suit Gamel Sadek, un Égyptien vivant en Afghanistan avec sa famille qui est arrêté par la police et livré à la CIA, car soupçonné de terrorisme. Il est d’abord envoyé à la base aérienne de Bagram, un site secret de la CIA, où il est brutalement interrogé et torturé, puis transporté par avion-cargo à la prison de Guantanamo, Cuba, où son statut de « combattant ennemi » n’offre pas – selon l’administration Bush – une protection au titre de la Convention de Genève.

 

Sammy Sheik, d'origine égyptienne, (« American Snipper », « NCIS : Los Angeles »), déclare : « Je suis honoré de participer au récit de cette histoire très importante. Pour la première fois, le récit est raconté du point de vue de l'une des nombreuses victimes de cette soi-disant "guerre contre le terrorisme" et les graves injustices que lui et bien d'autres ont dû endurer, sans l'idolâtrie habituelle du héros occidental qu'Hollywood présente depuis des années. 

 

Eric Pierpoint (« Liar, Liar », « Alien Nation ») joue le rôle d'un interrogateur vieillissant qui reprend des fonctions pendant la guerre contre le terrorisme pour découvrir que de nouvelles « méthodes d'interrogatoire améliorées » sont désormais acceptables, qui ne sont pour lui que l’acceptation de la torture comme méthode. Cela l’oblige à choisir entre son pays et ses croyances religieuses ou la justice et la compassion. Pierpoint déclare : « Pour la première fois, ce film montrera à quel point le recours à la torture est horrible et constant dans les prisons américaines et les sites secrets de la CIA contre des terroristes arabes présumés, en dépit des conventions internationales. C'était un film important à faire. » 

phpqc3vPq.jpg

Entretien avec le scénariste et réalisateur Philippe Diaz

 

Qu'est ce qui est à l'origine du film ? : 

Mon indignation d’apprendre petit à petit que des centaines d’innocents avaient été kidnappés de chez eux au Moyen Orient et vendus à la CIA pour de l’argent ; d’apprendre que cela venait d’une politique de l’administration Bush qui devait, après les événements du 11 Septembre, trouver des coupables et que Donald Rumsfeld, le ministre de la défense avait eu la brillante idée de distribuer des tracts en Afghanistan disant : « amenez-nous un terroriste, nous vous donnerons beaucoup d’argent » ; que la CIA n’a jamais vérifier la culpabilité ou non de ces hommes mais les a soumis immédiatement aux interrogatoires et aux tortures de toute sorte. 

 

Qu'est-ce qui vous a intéressé dans le sujet ou que tu as voulu mettre en avant ? : 

Mon principal but, à part bien sûr d’obtenir la libération des derniers innocents emprisonnés, certains depuis plus de 20 ans à Guantanamo et la fermeture de cette infame prison (chose promise par Barack Obama et Joe Biden) fut de mettre le spectateur à la place du personnage principal, enlevé à sa famille et torturé pendant des années comme nombre de ses compatriotes. De nombreuses scènes sont vues du point de vue de ce personnage, la caméra étant sous la cagoule quand c’est son cas ou dans le cercueil quand il est faussement exécuté. Je souhaite que tous les spectateurs se posent la question de savoir comment ils réagiraient s’ils se trouvaient dans cette situation. Et j’espère donc que le sort de ces hommes commencera à concerner un plus grand nombre de gens que ce n’est la cas aujourd’hui.

 

Est-ce facile de produire un tel film aux USA sachant que ce n'est pas glorieux pour le pays ? :

Non bien sûr, je savais que je ne pourrais pas obtenir un financement traditionnel aux Etats-Unis pour un film disant la vérité toute nue sans enjolivements hollywoodiens, tel que par exemple « Désigné Coupable » Il a donc fallu se limiter à un tout petit budget, même si l’on devait recréer l’Afghanistan et Cuba, et le financer de manière privée avec des amis et partenaires ainsi que des prêts en tout genre. Je n’ai pas pris un sou, tout comme mon épouse qui a produit le film, et les acteurs et techniciens n’ont été payés qu’au minimum syndical.

 

Comment avez-vous constitué ton équipe et choisi vos acteurs ? 

J’ai choisi les acteurs principaux, pour certains, parmi ceux que je connaissais et d’autre en faisant un casting traditionnel. J’ai écrit le rôle de l’interrogateur avec l’idée d’Eric Pierpoint en tête alors que j’ai interviewé tous les principaux acteurs arabes vivant aux Etats-Unis avant de m’arrêter sur le formidable Sammy Sheik. C’est le seul qui ait immédiatement compris le personnage et se soit immédiatement glissé dedans. Tous les autres sont soit des amis, soit des acteurs venant d’un casting. Et nous avons plus de 100 acteurs dans le film. Pour la petite histoire nous avons donné la possibilité à des anciens membres des fameux gangs de Los Angeles, les Crips et les Bloods de construire les décors et de jouer dans le film. Et ils se sont tous totalement investi dans le film et sans conflits entre eux. Pour les techniciens, il m’a fallu trouver une équipe de gens très souples qui pouvaient s’adapter eux-mêmes et leurs techniques aux situations difficiles que nous allions sans aucun doute rencontrer et qui soient capables de faire des miracles chaque jour avec rien. Nous avons tourné dans 4 studios différents pour recréer tous les décors y compris l’Afghanistan et Cuba avec les différentes cellules, chambres de torture, etc. Nous avons aussi eu la chance de trouver des avions militaires de transport de l’époque, des Hummers militaires et bien d’autres, ce qui nous a beaucoup aidé.

 

Vous êtes un réalisateur et producteur français vivant à Los Angeles cela vous permet-il d'avoir une autre vision ou recul ? 

Oui bien sûr en ce qui concerne la politique américaine. Les Américains sont très nationalistes pour ne pas dire chauvinistes et sont très fier de leur pays et de leur succès. En général ils ne veulent pas voir que ces succès reposent souvent sur l’oppression et la souffrance d’autres peuples. J’ai passé ma vie à produire et distribuer des films pour rendre le monde meilleur et depuis plus de 30 ans je me bats au quotidien pour aider à changer les mentalités américaines. 

 

Sachant que ton grand-père était originaire de Valencia y a-t-il un sens particulier de faire la première mondiale en Espagne ? 

Non, même si je suis très heureux de revenir sur la terre d’une partie de mes origines. L’important était de trouver un festival qui n’ait pas peur du sujet et des conséquences de montrer un tel film. De nombreux programmateurs m’ont expliqué que c’était trop risqué pour eux et il y a même un festival qui a sélectionné le film, me confirmant la sélection et me donnant le droit de l’annoncer, pour me dire trois semaines plus tard qu’ils avaient peur des troubles que la projection pourrait créer dans leur pays, c’est vrai qu’il se trouvait dans le Moyen Orient. Je suis donc très heureux que Marbella ne soit pas tomber dans cette catégorie et qu’ils soutiennent le film du plus qu’ils peuvent. L’Espagne a aussi toujours eu, en en tout cas depuis l’après Franco, une position très dure envers la torture et il y a là-bas de nombreuses organisations qui se battent contre la torture, ce qui est formidable. 

 

Quels sont vos projets ? 

J’ai passé ma vie à produire et réaliser des films dits politiques et je vais bien sûr continuer dans cette voie, car je crois profondément que les films font une différence dans ce monde, principalement en donnant aux spectateurs un autre point de vue sur leur société. Mon prochain projet est un grand film sur la vérité de l’esclavage en Afrique du Sud. Il est tiré d’un livre de ce fabuleux auteur qu’était André Brink :  Un Turbulent Silence, un blanc qui a passé sa vie à se battre contre l’apartheid.    

phpAl9N2D.jpg

PHILIPPE DIAZ – scénariste et réalisateur 

 

Philippe Diaz est connu pour avoir réalisé les documentaires tels que La Fin de la Pauvreté ? (invité dans plus de 45 festivals dont la Semaine de la Critique à Cannes),  Nouvel Ordre Mondial (Quelque Part en Afrique) (Semaine de la Critique à Cannes; Prix du meilleur documentaire à Slamdance et au Festival du Film Africain de Montréal et au Festival du Film d’Hollywood; Prix du « Most Powerful Film—prix créé spécialement pour le film—au One World Film Festival à Prague ). 

Il a aussi réalisé le film de fiction Now and Later

 

Il a produit plus de 25 films avec des réalisateurs tels que Juliet Berto, Robert Frank, Tony Gatlif, Nicolas Klotz, etc., incluant le film de Léos Carax avec le film Mauvais Sang qui a reçu le Prix Louis Delluc en France et fut nominé pour 3 Césars. 

 

Il créé en 2004 Cinema Libre Studio, à Los Angeles où il vit maintenant depuis 30 ans, pour fournir une structure alternative de production et distribution aux films indépendants socio-politiques. Cinema Libre Studio a produit et principalement distribué à ce jour plus de 200 films donnant à Philippe Diaz la possibilité de travailler avec des réalisateurs tels qu’Oliver Stone, Andrew Davis, Jean-Jacques Beineix, Stéphane Brizé, etc. 

 

Cinema Libre Studio 

120 South Victory Blvd. Burbank, CA 91502 USA 

2www.cinemalibrestudio.com

 

 

footer.gif

 

 

 

 

Links

The Bulletin Board

> The Bulletin Board Blog
> Partner festivals calling now
> Call for Entry Channel
> Film Showcase
>
 The Best for Fests

Meet our Fest Partners 

Following News

Interview with EFM (Berlin) Director

 

 

Interview with IFTA Chairman (AFM)

 

 

Interview with Cannes Marche du Film Director

 

 

 

Filmfestivals.com dailies live coverage from

> Live from India 
> Live from LA
Beyond Borders
> Locarno
> Toronto
> Venice
> San Sebastian

> AFM
> Tallinn Black Nights 
> Red Sea International Film Festival

> Palm Springs Film Festival
> Kustendorf
> Rotterdam
> Sundance
Santa Barbara Film Festival SBIFF
> Berlin / EFM 
> Fantasporto
Amdocs
Houston WorldFest 
> Julien Dubuque International Film Festival
Cannes / Marche du Film 

 

 

Useful links for the indies:

Big files transfer
> Celebrities / Headlines / News / Gossip
> Clients References
> Crowd Funding
> Deals

> Festivals Trailers Park
> Film Commissions 
> Film Schools
> Financing
> Independent Filmmaking
> Motion Picture Companies and Studios
> Movie Sites
> Movie Theatre Programs
> Music/Soundtracks 
> Posters and Collectibles
> Professional Resources
> Screenwriting
> Search Engines
> Self Distribution
> Search sites – Entertainment
> Short film
> Streaming Solutions
> Submit to festivals
> Videos, DVDs
> Web Magazines and TV

 

> Other resources

+ SUBSCRIBE to the weekly Newsletter
+ Connecting film to fest: Marketing & Promotion
Special offers and discounts
Festival Waiver service
 

Images de l'utilisateur

About Bruno

chatelin bruno

This Blog in french, is managed by Bruno Chatelin

It covers the french film festivals circuit with ambience and news.
Videos and audio podcasts.

C'est qui Bruno?
HEC, publicitaire chez Intermarco Publicis, DMM et JWT puis distributeur chez Sony Pictures (Directeur Marketing) de 1987 à 1995 puis UGC FOX (Directeur Général de 95 à 97, à la création du GIE)

Co fondateur de filmfestivals.com

Fondateur de majorbuzzfactory.com


Levallois Perret

France



View my profile
Send me a message
gersbach.net