Pro Tools
•Register a festival or a film
Submit film to festivals Promote for free or with Promo Packages

FILMFESTIVALS | 24/7 world wide coverage

HAPPY NEW YEAR 2020 !

Enjoy the best of both worlds: Portal for Film & Festival News, exploring the best of the festivals community.  

An adventure to explore from imagination to reality,  the arts & talents to be discovered.

Started in 1995 connecting films to festivals, reporting and promoting festivals worldwide.

A brand new website will soon be available. Totally restructured for a better user experience.

For any collaboration, editorial contributions,  please send us an email here. Same for publicity. Please include your complete information (email and phone number).

User login

|FRENCH VERSION|

RSS Feeds 

A thousand generations live in you now. See Star Wars: The Rise of Skywalker in theaters December 20.

James Bond 007 No time to die 2020 Daniel Craig, Rami Malek

Trailers in 2020

Interview avec l'artiste de guerre le plus audacieux du monde, et le réalisateur George Gittoes En direct du Festival de Berlin

En direct du Festival de Berlin FILM International (Berlinale)  10 février,2010

 Interview avec l'artiste de guerre le plus audacieux du monde, et le réalisateur George Gittoes. 

George Gittoes, originally from Austrailia, has traveled extensively to Nicaragua, Phillipines, Somalia, Sinai, Southern Lebanon, Israel, Gaza, Western Sahara, Cambodia, Laos, Mozambique, South Africa, Bosnia, Northern Ireland, Bougainville, Papua New Guinea, Tibet, Timor, Congo, Rwanda, Afghanistan, and Pakistan.  

He has been described as a war artist and film maker, who uses painting, drawing, photography and video to demonstrate human tragedy, either as a result of war or natural disaster, and has been employed by the Austrailian government to travel with troops or peacekeepers. 

 
Dansson dernier film, "The Miscreants of  Taliwood», George se déguise en Pachto, lui permettant de révéler en profondeur  la vie au Pakistan, et la menace que le  Taliban pose sur l'art et le monde du cinéma. Il partage plus que n'importe quel journaliste ou soldat ne pourrait jamais imaginer.

The film awaits a distributor,  please read the extremely informative interview below, and be on the look out for

 

“TheMiscreants of Taliwood” 
 

Miscreants:holding a false or unorthodox religious belief,.

Taliwood: The film is Not depicting Hollywood, Nor Bollywood, but Taliban-wood

Peshawar:Pakistan’s Hollywood 

Rappelez-vous,vous l’ avez lu PREMIER sur www.sharonabella.blogs.com et www.filmfestivals.com 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
Q:SHARON ABELLA  
 
Comment est-ce que l'idée de faire "The Miscreants of Taliwood" est arrivée? Etes-vous allé au Pakistan avec l'intention de faire un film d'art?  

RESPONSE: 
 
A: GEORGE GITTOES 
 
Je suis impliqué au Pakistan et en Afghanistan depuis plus de vingt ans. J'étais en fait en Afghanistan, juste avant  que le Taliban a été impliqué dans 9/11. En plus, étant cinéaste et  artiste, je fais beaucoup de travaille avec (ONG organisations non-gouvernementales), notamment pour tenter d'arrêter les mines terrestres. Donc, pendant des années et des années, je vais  au Pakistan, et j'ai trouvé qu'ils avaient un gros problème avec les mines terrestres. Quoi qu'il en soit, j'allais en Afghanistan, et les  Pakistanais m’ont demandé si je  pourrais venir et montrer au monde leurs problèmes I don’t know why the Americans call land mines IED’s, now, the Americans have changed the name to IED’s.(Improvised explosive devices), but they are land mines. They are in the ground and blow cars and people up.  Quoi qu'il en soit, j'allais en Afghanistan, et les Pakistanais m’ont  demandé si je  pourrais venir et montrer au monde leurs problèmes.  So I started going to places based out of Peshawar, capital of the North-West Frontier Province, going to places like Bajaur, and took all of that work to the United Nations.  I had a big show at the United Nations, in Geneva.  I took a lot of these Pashtun people to it, mainly women mine victims, and we got them Prosthetic Clinics and mine clearance equipment.  The people of Pakistan’s Tribal Belt, located in the Northwest of Pakistan, really love it when people show them any kind of altruism. Même maintenant  après avoir fait "The Miscreants of Taliwood", je me sens complètement sûr pour retourner dans ces zones. Avec cette situation actuelle, je savais que j'étais probablement la seule personne occidentale,  non-Pachtoune dans le monde, qui pourrait enfait aller là-bas et faire quelque chose. There are many films I could have made, I could have made a film about how the girls school’s that are being bombed and closed down, but I couldn’t resist the incredible parallel to someone who has worked in Cambodia under the Camargue and seen many repressive regimes. 
 
 

QUESTION:  SHARON ABELLA  
 


Pourquoi le Taliban utilise-t-il le film  pourleur propre promotion?  
Parlez-moi de l’incendie par le Taliban deskiosques qui vendent les films d'art?  
 
 

RESPONSE: GEORGE GITTOES 
 
Le Taliban attaque tous les arts au Pakistan ; la musique, le  cinéma, et même, le Soufisme, une secte distincte del'Islam, qui représente la poésie et l'amour de la musique. J'ai fait le choix difficile à faire ÇA le sujet de « Miscreants of Taliwood ».  Initialement, je pensais qu’il suffirait de suivre ces cinéastes pakistanais, comme ils font face à leurs combats et les menaces du Taliban, (ils brûlent les kiosques qui vendent des films d'art). Le Taliban a connu un tel succès, si vite, qu'il n'y a qu'un seul film  qui continue à être tourné the Tariq Jamal one, (Tariq Jamal-is a famous Pashto actor). They still show those made for tv things which are done by state television.   

I got asked to to play Javed Musazai’s brother. (Pashto actor), because Je parle pachtoune. Remarkable, people think that Javed and I really are brothers, we look so much a like.  I call him my brother.  I have a joke with him, “now, when my mother sees this movie, she will say, “what was your father doing in Pakistan back in 1949?”  We are so much alike.  It was a logical choice to play Javed’s brother. (During “Miscreants” they film a movie within a movie).  It was a serious film about how pointless it was for these vendettas to go on between families. (Pakistan can be a dangerous and violent society where families fight against families, clans against clans and religious groups against lesser religious groups.)   It was a plea for Pashtuns to not destroy themselves.  Right around the time I was working on the film with Tariq Jamal, in real life sequence that is when the Red Mosque happened. Je suis allé à Islamabad, et dans le centre de la ville, le Taliban avait contrarié la ville, et brûlait les CD et DVD. Cela m'a rappelé les Nazis, brûlant les  livres, et il était extrême que cela pourrait se passer juste à côté du Gouvernement du pays. 
 
 
 
 
 
 

 
 
Citation:«Toutes les actions qui sont fait pour de bons buts  sont autorisées, celles menées pour les mauvais sont interdites."  

 
Le Taliban justifie l'arrêt des films parce qu'ils disent que le Coran interdit la reproduction, mais alors le Taliban dit que  c'est correct d'utiliser la reproduction du film et la photographie si c'est pour une bonne raison. Si vous  montrez un garçon de dix ans  décapitant quelqu'un, vous montrez ce qui arrive aux espions, c'est bon, si vous montrez une petite comédie drôle avec clowns et lapins fait pour les enfants, c'est faux. «Shrek» est mauvais. Le Taliban hait "Shrek". 
 
 
 
 

 

Q:SHARON ABELLA  
 


Comment avez-vous obtenu l’autorisation de filmerau Pakistan? Qu’est ce qui était exigé de vous? Avez-vous été souvent arrêté pour les contrôles de sécurité? Quelqu'un a-t-il essayé de censurer votre travail? Combien de temps vous y étiez 2007 -?  
 
 

 


REPONSE:GEORGE GITTOES 


 
Je n'ai pas demandé d’autorisation. Personne n'aessayé de censurer mon travail. J'ai une longue histoire au Pakistan, entravaillant pour des bonnes causes,  à peu près tout le monde sait qui je suis et ce que je fais, parce que d’habitude j’y suis pour  filmer la situation des mines terrestres que tout le monde veut améliorer. C'est pourquoi personne en autorité n’aurait été bouleversé. Plus le fait que je suis tout àfait passé pour un Pachtoune, comme vous voyez dans le film. Ainsi, la réalité est à Peshawar, on ne pouvait pas sortir de son hôtel et de marcher sans être enlevé et tué en principe si on ne passait pas pour un Pachtoune. Le Taliban pense que tous les étrangers sont des espions. Si j’avais été Daniel Pearl, jen’aurais pas survécu plus de dix minutes. Il est incroyablement dangereux pourquelqu'un qui ne parle pas la langue, ni porte le costume, il serait impossiblede survivre plus de dix minutes dans cet environnement.  
.  So, the couple oftimes when I got into trouble in the film, like in the beginning of the filmwhere someone tried to take my camera off of me.  I had been happilyfilming all day, and they even thought I was a Taliban even, I decided  Ineeded to do a piece for the film facing the camera where I speak in English,and I actually thought I  picked a safe area to film in, but they musthave had acute hearing and heard the English language, and that put me on thespot.   Up until that point I was fine, and even then, Javed and hisbrothers were there, and at the moment they understand film well enough, theylet it go to the limit. One of the people who were against me, finally pickedup a bit of my camera that broke off and gave it back to me, because I was so convincinglya Pashtun, and had Pashtun friends, that they just suddenly felt that I wasokay.  HadI been Daniel Pearl, I wouldn’t have survived another ten minutes.  It isimpossibly dangerous for anyone who doesn’t speak the language, and wears thegarb, it would be impossible to survive another ten minutes in thatenvironment.  
 
 
 
 
 

 
 
 
 
QUESTION:SHARON ABELLA  
 
Parlez de l'absence de liberté d'expression,l'absence de liberté de la créativité?  
 
 
Citation de film:«Il ya ceux qui croient en la liberté de l'imagination créatrice et ceux quicroient dans la prière et la vie au-delà."  
 
 

REPONSE:GEORGE GITTOES 

That’scorrect, and the people who want to bring this prayer and afterlife thing aboutare the minority. I hope my film shows the majority of people are like the DVDstore owner, the courageous woman who is studying in school, and all thewonderful people who appear in the movie. C’est bien comme un groupe marginalfou, Le Taliban. (Groupe marginal: les membres d'un groupe ou un partipolitique ayant des opinions extrêmes). La majorité des Pakistanais sontdes  beaux, affectueux et braves gens. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
QUESTION:SHARON ABELLA  
 
Lorsque vous avez  interviewé Moulana GulNazzeb à Dir, avec  le Soufi  de 115 ans au sanctuaire, ou dans laZone Tribale, avez-vous eu l'impression que votre vie était en danger? Quelle l'expérienceétait la plus dangereuse?  
 
 

REPONSE: GEORGE GITTOES 

No,certainly not with the Sufi.  I felt his magic aura protects both him andme, and everyone with him. It’s terrible that he got shot, and some of theother Sufi’s were killed.

Thatwas the moment that really galvanized me that really made me go ahead withmaking the two dramas that I funded, when the Sufi was attacked.  Even ifI am risking my own life, and I’ve got to stand up for imagination andfreedom.  Seeing the Sufi get shot, really hurt me.  A lot of thingshurt, but that really hurt.  No, the really dangerous moments don’t happenon camera. When you are in really serious danger, you are not going to bepulling a camera out.  There was a day when we were editing the dramas,and I left my car with someone, normally I would drive my own car around. So j'ai sauté dansun taxi, qui était  l'un de ces taxis qui venait de soigner des victimesd'enlèvements. Assez souvent issus de familles riches Pakistanais, (enlèvementest une industrie, obtenir des rançons), tout à coup j'ai eu un gars dans lavoiture à côté de moi avec un pistolet sur ma tête, et j'ai pensé que ça y est,je suis kidnappé. Je n'ai pas eu un appareil photo ou quoi que ce soit avecmoi. Ensuite, j'ai commencé à lui dire comment je donne des cours souventet  j’enseigne à l'Université de Peshawar et j’ai mentionné tous les gensque je connais qui ils vénèrent et aiment  dans les études islamiques. Ungrand nombre des personnes qui sont les plus grands érudits religieux dans lepays sont mes amis, et même le Taliban les aime parce qu'ils sont des grandssavants du Coran. Ils ne sont pas  fondamentalistes, mais ils sontrespectés pour leur apprentissage et de sagesse sur le Coran et l'Islam. Doncfinalement, le mec a décidé  qu'il avait fait une grosse erreur, que despersonnes très imminentes pourraient être dures pour eux, pour les avoirgênées, en m’enlevant. Si les gars avaient enlevé un employé de l'ONU, ilaurait probablement fini par être décapité. J'ai un niveau de soutien au Pakistan.Je n'ai pas peur d’y retourner au Pakistan, et de montrer le film àl'Université de Peshawar, et rouler dans la Ceinture Tribale.  
 
 
 

     -1.            Iam happy to go to Dir and argue the points in the film with Moulana GulNazzeb.  I know that I haven’t done anything dishonest or wrong, and Ihaven’t lied in this film.  If you haven’t lied, they respectthat.   They can’t deny that their decapitation video istheir’s.   We have another imminent professor, who was telling usabout that decapitation.  For example, as a good journalist, I realizedwell I can’t leave this guy talking about something if he’s only lied, itdoesn’t exist.  That was probably the most dangerous thing I had done inthe movie, to go and get that dvd, because, the only other place to get it wasin a complete Taliban controlled market. Imagine going to Hiter’s headquartersin Nazi Germany,  It was absolutely controlled by Taliban and Al-Qaeda.     
 
 
 
 


QUESTION: SHARON ABELLA 

Parlez-nousdes souffrances des droits de l'homme, vous avez reconnues?  
Quel a étél'expérience la plus choquante durant votre séjour? 
 

REPONSE: GEORGE GITTOES 

Theworst experience was the 115 year old Sufi.  That side of Islamiccountries seem so inconceivable. Not only have they got Al Qaeda, but they alsohave got a pseudo kind of war going on similar to what the Catholics andProtestants had in Northern Ireland.   I was next to that Mosque whenit blew up, and I turned around and the details were gruesome.  More than100 people were killed.  Clothes had been blown off young children. I did not need to film that.  I’ve been in Rwanda, and I’ve seen so muchdeath.  I just learned that it’s not good for me psychologically to get mycamera and film that much horror.  So, I thought it was much moreeffective to show the old man, who explained how he fought for a free Pakistan,and now we have, gunsBeaucoup degens me demandent pourquoi je fais ce que je fais? Ce qui est important pourmoi est d'être là et de montrer que je me soucie. Même si le film ne fait rien,l'art n'apporte rien d'autre, de rencontrer des gens qui tuent des innocentsqui étaient juste en train de prier. Je suis dans des endroits qui sont tropdangereux pour les journalistes. La BBC, CNN ne leur permet pas dans des zonesoù je suis. C'est trop dangereux. C’est beaucoup plus dangereux pour moi d'êtredans un endroit comme Peshawar, seul, sans  agences journalistiques, oudes forces armées pour me protéger. 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 

 
*****QUESTION: SHARON ABELLA  
 
Si les États-Unis mène une guerre contrele terrorisme et le but est d'essayer de trouver Ben Laden, et si il ya uneidée générale où il est situé dans la Zone Tribale de la région nord-ouest duPakistan, pourquoi les forces américaines ne sont pas là, même si c'est uneviolation de la souveraineté du Pakistan? Dans le film, il était question quel'Amérique n'aurait pas dû aller en Irak, mais au contraire,  dans laCeinture Tribale. Pourquoi là les forces américaines n’y sont pas là-bas? 
 
***** REPONSE: GEORGE GITTOES 
 
Eh bien, c'estabsolument ça. Les gens qui ont attaqué l'Amérique en 9 / 11.  Ben Ladenétait toujours dans la Ceinture Tribale. Il se trouvait en Afghanistan aumoment du 9 / 11. La CIA a formé Ben Laden, parce qu'ils étaient amis. C'est làque le véritable problème existe, mais il est incroyablement complexe. Le chefde l'armée pakistanaise  était le chef de RSI, qui est une version duPakistan de la CIA, et le Taliban, ainsi que Al-Qaïda était  aidé et créépar la CIA, Le Talibans lui-même a été créé par les services secretspakistanais, par RSI .  
 
Je vois le Pakistan étant la plus grandemenace à la paix mondiale dans le monde. Non seulement ils ont obtenu la bombeatomique, mais ils partagent une frontière avec l'Iran, l'Inde, la Chine, dansun sens avec la Russie, l'Amérique est déjà en Afghanistan, et les ports sonttous sur la mer d'Oman, et le gouvernement du Pakistan, malheureusement n'a pasle chef qu'il voulait, Benazir Bhutto. Asif Ali Azrdari, le mari de Benazir,qui n'a jamais été populaire, et n'est toujours pas, ils ont utilisé del'appeler Monsieur  Ils ont voulu envoyer un message selon lequel unegrande partie du reste de l'armée aurait été d'accord avec ce qui était, "vousne devriez pas coopérer avec les Américains contre le Taliban etAl-Qaeda." Voilà comment c’ est incroyablement complexe.  
 

Reallythe Taliban take that from Afghanistan was a Pakistani invasion ofAfghanistan.  So when the American forces are arriving in The Taliban andthey force them back into Pakistan, they are just going home.  They aremainly Pakistani and from Uzbekistan, majority of soldiers in the Taliban arenot Afghans, and so, Jevois le Pakistan étant la plus grande menace à la paix mondiale dans le monde.Non seulement ils ont obtenu la bombe atomique, mais ils partagent unefrontière avec l'Iran, l'Inde, la Chine, dans un sens avec la Russie,l'Amérique est déjà en Afghanistan, et les ports sont tous sur la mer d'Oman,et le gouvernement du Pakistan, malheureusement n'a pas le chef qu'il voulait,Benazir Bhutto. Asif Ali Azrdari, le mari de Benazir, qui n'a jamais étépopulaire, et n'est toujours pas, ils ont utilisé de l'appeler Monsieur20%.  Ils le trouvent corrompu.It’s just a very difficult position.  Ifthere are military acts against The Taliban and Al-Qaeda, in a sense, they’reacting against their own children, they created them.   In my movie,you can really see the complexity of it at The Red Mosque.  Soldiersranges, just like in the American Army is one step down from being a specialforce.  Special forces are very elite. At The Red Mosque, it ranges, as a leader, a normal soldier were completely on the side of the people in theMosque, Al-Qaeda and Taliban, even though they are part of the Pakistaniarmy.  They saw me with my beard and everything else, my Pashtunassistant.  They sheltered us, because they wanted us to show what aterrible way intelligence assistance the special forces were able to capturethe five of us inside the mosque.  These guys dressed up as Pashtuns, asMujahideen (a person fighting for freedom), and they went in and said, “we’regoing to show you a secret way out.  The army itself was not in favor ofany of it.  To them the heroes were the guys inside the Mosque. Within about  a month or so, all the special forces men who had done thatoperation were killed. Taliban and Al-Qaeda came into the most fortified fortin Pakistan, normal soldiers at the gates let them in. They killed them withintheir own military establishment, within the hardest place of the Pakistanimilitary. Monsieur  Ils ont vouluenvoyer un message selon lequel une grande partie du reste de l'armée auraitété d'accord avec ce qui était, "vous ne devriez pas coopérer avec lesAméricains contre le Taliban et Al-Qaeda." Voilà comment c’estincroyablement complexe.  
 
 
 
 

****** QUESTION: SHARON ABELLA 
 


Parlez-nous de la Zone Tribale? Foyer d'Al Qaeda? Pensez-vous quevous avez une idée d'où Ben Laden y est?  
 


*****REPONSE: GEORGE GITTOES  
 


Or, comme pour Ben Laden, j'ai été fasciné, juste au moment des élections américaines, George Bush, et ce qui est maintenant le Président  Obama, ont dit  que Ben Laden était en Bajaur.  Ce fut sur les infos en Amérique. Personne ne peut aller dans Bajaur. Bajaur est un bastion maintenant. Auparavant, c’était  le Taliban et Al-Qaeda. Eh bien, Bajaur était un endroit où j'ai fait beaucoup de travail sur le terrain là pour lesmines terrestres. Le peuple de Bajaur, les chefs, les chefs de tribus, m’aiment. Donc, j'ai organisé à venir un pair  de chefs de tribus ,  pas être quelqu'un qui était curieux de voir si Ben Laden était là, mais parce quej'étais soucieux pour eux. La Croix-Rouge peut maintenant travailler dansBajaur, parce que même lorsque les chefs sont venus, ils ont été tués. J'étaisinquiet au sujet des personnes, les jeunes enfants, qui avaient les piedsarrachés par les mines terrestres. Je suis entré dans Bajaur parce que, jevoulais organiser une organisation de guerre sociale. C’ était incroyablementrisqué. Je suis Australien. Nous sommes allés à l'intérieur et avons eu uneréunion fructueuse avec tous les autres et j'ai dû passer par un grand nombrede contrôles Taliban, d'Al-Qaïda  pour y entrer. S'ils l'avaient comprisqui j'étais, j'aurais été ramené avec la  tête couverte  d’ un sac. Àla fin de la réunion, j’ai dit, que Bush et Obama  tous deux en disent queBen Laden est ici, donc,  quelle est la vérité là? Ils m’ont regardé etont  dit: "George, tu es célèbre, et on sait que vous êtes ici . End'autres termes, je pensais que j'étais venu en secret, mais le Taliban,Al-Qaïda, tout le monde savait que j' y étais. Si quelqu'un avec un profil deBen Laden était ici, nous le saurions tous. Il n'y aurait aucune manière d’être tenue en  secrète parce c’est  une société fermée. Ici, tout lemonde connaît tout le monde. Chaque famille est connecté et interdépendant.Alors, il n'est pas ici. Ce que j'ai appris de tout cela est que Bajaur est lelieu le plus extrême et le lieu le plus fondamentaliste. Vous ne pourriez pastenir en  secret la localisation de Ben Laden dans Bajaur, et il n'y en apas au Pakistan, où que vous pourriez  le tenir  en secret non plus.La plupart des gens dans Bajaur, et je pense qu'ils le savent, parce qu'ilsparlent aux gens, leur théorie, c'est que Ben Laden est définitivement enSomalie ou au Yémen. Ben Laden est à l'origine un yéménite. Il n'est pasd’origine saoudien, il est du Yémen. Sa famille sont yéménites. Yéménites quiont fait beaucoup d'argent en Arabie Saoudite, mais ils sont complètementyéménites. J'ai été au Yémen et j'ai aussi travaillé en Somalie. Ainsi, s'ilest encore vivant, il serait trop dur le maintenir en hors du Yémen, mais jepense que le pari le plus sûr serait qu'il se trouve en Somalie. C'est là quela logique du Président Obama qui dit, "nous devons lutter contre cetteguerre en Afghanistan, tout comme un moyen de protéger la peur américaine. Sicela est vrai, la logique est pourquoi  l'Amérique n’est pas en Somalie?Parce que la Somalie est aujourd'hui un pays entièrement contrôlé et dirigé parAl-Qaïda. Si vous regardez ces détournements, la formation a été achevée enSomalie.  
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


QUESTION: SHARON ABELLA  
 


 
Parlez de la mort de Benazir Bhutto

9/21/53-12/27/07  
 


Pensez-vous que c'était un complot? C’était une surprise pour vous?  



Citation: «Juste marchant à l'extérieur etêtre une femme suffit qu’on vous abattue."  
 
 

REPONSE:GEORGE GITTOES 
 

Very sad. She was in Peshawar the day before she was killed there, and after that I’ve been really good friends with a close friend of hers.  Had I known I could have done a last interview with Benazir Bhutto.  The thing with Benazir, I saw that speech, and although she had a couple of times when she was in peril and she didn’t do a great job, and everyone recognized it, she was really good for that country, the most positive way imaginable. She was totally altruistic, she had people behind her.  She was so good for women. Women are enslaved there.   It was just so tragic to see her killed.   The controversy as to who, why, and how she was killed will go on forever.  Some people accuse her husband, who had the most to gain from it.  Le Pakistan est un pays de contradictions, les gens sont tout simplement devenus accros aux histoires de complot. Il ya beaucoup d'histoires du complot à propos de son assassinat. Ce qui est drôle c'est que le gouvernement essayait de dire qu'elle n’était pas  morte d'une balle, même s'il y avait des images de celui-ci, ils disent qu'elle est morte parce qu'elle tombé et s'est cogné la tête. 
 
 
 
 
 
 

QUESTION: SHARON ABELLA 

Parlez-nousdes  souffrances des droits de l'homme que, vous avez reconnues? 
Quel a été l'expérience la plus choquante durant votre séjour? 
 
Discuter sur les contradictions des croyances religieuses vs comportements ou actions: la guerre, assassinats, des kamikazes, l'homosexualité, le suffrage des femmes.  
 
 

REPONSE: GEORGE GITTOES 

The worst experience was the 115 year old Sufi.  That side of Islamic countries seem so inconceivable. Not only have they got Al Qaeda, but they also have got a pseudo kind of war going on similar to what the Catholics and Protestants had in Northern Ireland.   I was next to that Mosque when it blew up, and I turned around and the details were gruesome.  More than 100 people were killed.  Clothes had been blown off young children. I did not need to film that.  I’ve been in Rwanda, and I’ve seen so much death.  I just learned that it’s not good for me psychologically to get my camera and film that much horror.  So, I thought it was much more effective to show the old man, who explained how he fought for a free Pakistan,and now we have, gunsBeaucoup degens me demandent pourquoi je fais ce que je fais? Ce qui est important pour moi est d'être là et de montrer que je me soucie. Même si le film ne fait rien, l'art n'apporte rien d'autre, de rencontrer des gens qui tuent des innocents qui étaient juste en train de prier. Je suis dans des endroits qui sont trop dangereux pour les journalistes. La BBC, CNN ne leur permet pas dans des zones où je suis. C'est trop dangereux. C’est beaucoup plus dangereux pour moi d'être dans un endroit comme Peshawar, seul, sans  agences journalistiques, ou des forces armées pour me protéger. 
 

QUESTION: SHARON ABELLA 

 
 Danstous vos voyages, où avez-vous senti le plus en danger?

ANSWER: GEORGE GITTOES 

The list is incredibly long, but, once when I was taking photographs someone had said, if you even think of taking a photograph, I’ll kill you.   I thought they have all seen me taking photographs, so they are going to kill me, so I’m going to go on taking them.   They felt what I was doing was a war crime,  and that if my photos got out, someday they would be made accountable for.   But, I’m going to back to Afghanistan in April.  A lot of people accuse me of being an adrenaline junkie,  you feel very insulted by that.  They don’t go the hard way to try and change things. 

Another dangerous time, was when it was this time of year,  I was trying to get from Kabul, Afghanistan to  Mazar-e Sharif,  and I got stuck.  I spent two weeks stuck in a tunnel digging my way out, I had to sleep on the snow.  I still have arthritis.  This has nothing to do with adreneline.  It’s a cruel, hard, difficult life out there.  Why do I continue to do it?  The world is in a very precarious position.  If they stop making films like “Miscreants”, then it means people are uniformed.  The film will be shown at Museum of Modern Art, and I will be given talks and lectures all across America.  I get to meet people in Washington, Military Generals.  I’m able to get to places, people in military uniforms are unable to go see.  I’m able to be an advocate for the old man in the Mosque.  I can tell the truth.  People in uniform will never get the truth out of the local people.  I keep going, not because I’m excited by danger or anything, I hate boring jobs.  
 

QUESTION: SHARON ABELLA 

 
Avez-vous eu des difficultés à distribuer les films? Etait-ce considéré comme trop controversé pour certains marchés? Si oui, lesquels? 

REPONSE:  GEORGE GITTOES 

The film has been shown on Austrailian television.   Je pense vraiment que les gensdoivent voir ce film. I am working hard on trying to get distribution.  I see this film as a bridge between martyrs, and it takes you into their world.

We don’t have a distributor yet.  We have RCM agency trying to get the film distributed through the US. 

QUESTION:  SHARON ABELLA 

Qui sont vos réalisateurs préférés, et / ou des journalistes, vedettes de cinéma? 

REPONSE: GEORGE GITTOES 

I just love popular culture.  I like your Johnny Depp’s, your Angelina Jolie’s.  My favorite film is “Pirates of the Carribean”.   I’m a big fan of comedy.  I like Jim Carrey, Jack Black,  Bill Murray,  “Stripes’. J'aime bien la comédie. Lorsque vous pouvez rire, vous êtes humain. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

  

 ADDENDUM:  

11/2/10:  Death of Charlie Wilson

11/2/10: George Gittoes:  I listened to some old interviews with Charlie Wilson.  He was right about so many things. It is a shame people did not listen to him.  If we had spent money on Afghanistan earlier, then we probably wouldn't have the problems we have now.  If you think about how much money was spent on cold war weapons,  and how this is what really ended the cold war, it was crazy for people not to listen to what he was saying.  

User images

About One World Cinema

ABELLA Sharon

Sharon's other Blog: www.1worldcinema.com

 


United States



View my profile
Send me a message
gersbach.net